Motif

 

Au motif des considérations ci-après, l'émergence de l'idée d'une communauté ouverte fleurit partout de par le monde car en vérité, il est encore dans la multitude, des particularistes aimant la Vie, l'Homme et la Création. Au retrait des remparts d'une civilisation en déclin, ces particularistes aspirent à d' autres Relations Humaines, dans la simplicité du bon sens, du respect de l'autre en esprit de fraternité, se déterminant au Bien en pensée, en parole et en action. J'augure que ce projet s'étale au grand jour, ajoutant à la dynamique de tous les écolieux de par le monde, éclatant de sa lumière souveraine.

Du gouvernement des hommes

 

 « Il fut un temps où l’homme, nomade régnant sur une immensité de plaines et de forêts, ignorait tout gouvernement sinon celui de sa raison. Guidé par la voix haute, infaillible, il savait ou devinait l’essentiel, tout ce dont il éprouvait le besoin pour le parfait développement de son corps, de l’esprit, dans la paix, le bonheur, le calme des œuvres parfaites.

La tribu développée dans le seul cercle, si large fût-il, de la famille, ne connaissait d’autre autorité que la raison incarnée dans le meilleur, le mieux expérimenté, l’Ancien.

Gouvernement voulait dire sagesse et plus encore éducation. L’Ancien gouvernait en enseignant. Secondé par les aînés de ses fils, il apprenait aux plus jeunes des hommes à précipiter la marche du temps. Son action de vivre près du terme, il savait, par son âme puissamment développée, comment dépouiller de la bête, au plus tôt, ses descendants.

Unis dans l ‘Amour, attentifs au bonheur des autres, ces hommes si proches de la perfection, librement se gouvernaient eux-mêmes. Chacun en soi dans l’intérêt de tous.

Gouverner c’est enseigner et ce ne peut être qu’enseignement puisque par principe l’homme est ingouvernable. Par sa nature, l’essence de son âme, il est lui même son propre gouvernement, le seul. C’est la connaissance réelle des vertus qui seule permet à la fois l’épanouissement complet du corps, de l’âme et le bonheur de l’homme parmi les autres hommes.

Enseigner c’est faire que chaque enfant, guidé par l’expérience acquise des aînés, parvienne le plus tôt possible à la maturité de l’esprit, à la compréhension de la vie, nécessaire à sa propre utilité et celles de ses frères. Chacun utilisant l’intelligence de tous les autres pour le plus grand bien de la communauté.

Il n’est qu’une seule forme de gouvernement, celui de tous dans l’intérêt de chacun. »

 

Nos sociétés

 

Comment sommes nous arrivés à une telle déchéance ? De comportements, s'il en est, la vilénie semble s'être accaparé des esprits jusqu'à les rendre inaptes à la raison, stériles à tout bon sens, ne répondant plus qu'aux seuls réflexes de la cupidité, de la traitrise et de la barbarie. Les systèmes infligés par une minorité à la multitude rendue à l'apathie, pose l'exsangue pour toute finalité. La course à l'inutile autant qu'au superflus laisse les populations dans le dénuements le plus sordide tant dans les peuplades isolées qu'au cœur même de nos cités qu'on entretien de bonne grâce tant elles sont assassines. Le constat est sans appel qui n'a cure des motivations dont s'animent les fomenteurs de telles manigances! Un crime est un crime! Et pour n'y rien ôter, l'humaine condition ramenée à l'animalité dans ses torts les plus abjectes, ne devra son salut qu'à l'aisance singulière de certains protagonistes qui défiant l'horreur, s'opposent de toutes leur force d'Amour au désastre annoncé.

Me liant en accord de bon sens, manifestement, depuis qu'il y a gouvernement des hommes par d'autres hommes, ça se passe mal. Les conflits successifs et récurrents ne trouvent prétexte que dans l'exaspération des uns assujettissant par vice, les autres, à leur hégémonie. On pourrait y voir une justification de bonne foi s'il n'était pas que la création ne va que par son Créateur. Nier cette évidence c'est à mon sens la vraie raison de cette divagation des comportements des communautés humaines qui aux seules fins de domination ont toujours fini leurs civilisations successives par une destruction du plus grand nombre. Quelques rescapés ont ensuite poursuivi le cheminement de l'humaine créature vers son accomplissement de l'Être... Doit-on réellement encore s'en faire la preuve ?!

Serait-ce si difficile de mettre à bonne place le Créateur ? Est-Il vraiment si dérangeant qu'on ne puisse tolérer le simple fait d'évoquer Son nom, Sa présence ? Serait-il de mauvais conseil, un mauvais exemple à suivre ?...Comment ferions-nous à imaginer la meilleure version de nous-même sans Sa référence qui a tous montre la voie? Nous pourrions tout simplement porter Sa réalité en notre cœur, Il n'aurait nul besoin de se manifester autrement, laissant aux hommes les affaires des hommes, sans aucune ingérence de Sa part !

Je ne fais référence ici qu'au seul Esprit qui nous anime tous et chacun dans la voie radieuse à laquelle Il nous convie : l'accomplissement de notre Être. La connaissance de la raison d'être humaine éclaire le doute quant à ce questionnement du qui suis-je, d'où je viens et où je vais...

 

 

 

Abonnez-vous pour recevoir des Mises à Jour